Je nais du côté de Vioménil dans les Vosges, mon nom me vient de la tribu des Séquanes ; j’emprunte une voie toute tracée à travers la plaine côte-d’orienne avant de jeter mon dévolu sur la cité lyonnaise et son fleuve. Je suis, je suis… la Saône bien sûr !

En Côte-d’Or, la grande Saône s’écoule au sein d’une large plaine verdoyante située à l’est du département. Les paysages agréables et le calme de la rivière en font un cadre idéal pour les amateurs de tourisme fluvial. D’ailleurs, Saint-Jean-de-Losne est l’une des plus petites communes de France avec une superficie de 0,6 km² alors que son port est parmi les premiers ports fluviaux de plaisance français.

Située au confluent de la Saône et des canaux de Bourgogne et du Rhône au Rhin, l’eau appartient à l’histoire de Saint-Jean-de-Losne et les habitants lui vouent un certain culte même si les bateaux de plaisance ont remplacé les péniches de commerce. Chaque année, au mois de juin, ils célèbrent le « Pardon des mariniers » depuis 1960. Cette grande fête de la batellerie honore ses hommes et les métiers de l’eau. Une flotte de péniches très joliment décorées accueille de nombreuses animations ainsi qu’une grand-messe destinée à bénir les bateaux.

Pour les amateurs de balades à vélo, la Voie Bleue est le moyen idéal de découvrir la Saône et les environs. Le premier tronçon allant de Saint-Symphorien-sur-Saône à Pagny-la-Ville fait 17 kilomètres et passe par Saint-Jean-de-Losne. La deuxième partie du parcours, longue de 36 kilomètres, relie quant à elle Talmay à Auxonne. Sur ce second tronçon, vous pourrez faire étape à Auxonne, une ancienne place forte de Bourgogne connue pour ses fortifications de Vauban, et pourquoi pas faire une pause à la zone de Loisirs de Pontailler-sur-Saône.