Fine et forte

Fine et forte
Dijon et sa région, même si c'est bien d'autres choses, c'est LA MOUTARDE. Allez à l'autre bout de la terre, quelqu'un saura toujours que vous venez de la ville de la moutarde, même s’il ne sait pas la placer sur la carte. La moutarde, ça ne pique pas, ça relève, c'est tout ! Le mot moutarde viendrait de "Moult me tarde", la fameuse phrase de Philippe le Hardi, célèbre duc de Bourgogne. En tout cas, ça fait plaisir au Bourguignon de s'imaginer ça... En fait, ça vient du latin "mustrus ardens", le moult ardent, un ingrédient qui compose la moutarde...
L’appellation « moutarde de Dijon » ne constitue pas une appellation d’origine, mais est relative à un procédé de fabrication. Donc une « moutarde de Dijon » n'est pas forcément faite à Dijon. Il existe toutefois depuis 2004 une IGP (Indication Géographique Protégée) pour la « Moutarde de Bourgogne » qui est fabriquée avec une graine cultivée en Bourgogne (beaucoup d’autres moutardes sont fabriquées avec des graines venues du Canada, mais chut…!) et du verjus à base de vin de Bourgogne (le verjus, jus de raisin encore vert, a remplacé le vinaigre dans le processus de fabrication au milieu du XVIIIe siècle). Vous trouverez à Dijon des enseignes (comme le magasin Maille situé rue de la Liberté) pour vous faire goûter la production : des dizaines de moutardes, de la plus classique à la plus originale. La moutarderie Fallot, située à Beaune (tiens donc) à ouvert une boutique à Dijon, près de Notre-Dame (ahhh…). Juste pour vous décider à acheter votre moutarde chez eux, voici deux dernières infos : chez Fallot, on broie les graines à la meule et on fournit les plus grands chefs français : Bocuse, Troisgros, Lameloise...

Vous aimerez aussi