Beaune

Beaune, l’enchanteresse…
… capitale du vin de Bourgogne !
Sous les pavés, les caves. Beaune est la capitale incontournable du vignoble bourguignon, mais pas que. Dès le XVIIIème siècle, avec ses hôtels particuliers, ses maisons à colombages et ses jolis parcs fleuris, il fait bon flâner ici, au sud du département.
Direction le centre de la ville où, au détour des ruelles pavées, garnies de terrasses, d’épiceries fines ou d’entrées de caves, vous serez amenés à coup sûr à prendre beaucoup de plaisir. Ne vous empêchez par pour autant d’entrer dans la Collégiale Notre-Dame de Beaune édifiée au XIIème siècle, bel exemple de l’art roman bourguignon. Son porche gothique du XIIIème siècle, ses vitraux et ses tapisseries du XVème siècle ne font qu’agrémenter la richesse de l’édifice. 
À quelques pas de là, impossible de passer à côté des toits vernissés de l’Hôtel-Dieu de Beaune érigé sur la volonté de Nicolas Rolin. Diplomate, homme de guerre et conseiller personnel de Philippe le Bon, il est nommé chancelier en 1422 et se dote peu à peu d’une fortune considérable. Il choisit alors Beaune pour fonder un Hôtel-Dieu. Sa construction va durer près de neuf ans avant d’accueillir les premiers malades en 1452. Mais l’office abrite aussi quelques biens précieux. À l’intérieur, on peut admirer le polyptique du Jugement dernier du peintre flamand Rogier Van der Weyden, témoin du lien qui unit la Bourgogne à la Flandre à l’époque. L’Hôtel-Dieu de Beaune, aussi connu sous le nom des Hospices de Beaune, est en fin de compte à l’image de la ville. Un lieu aux vocations multiples : autrefois édifice religieux et médical, c’est aujourd’hui un site touristique incontournable. Un patrimoine où transpirent histoire, gastronomie et vin.

Vous aimerez aussi