L'oeil de Sparse "Les Carriolades de Remilly-en-Montagne : Formule 1 du 21"

Chaque mois, Sparse et son regard impertinent nous offre sa vision de la Côte-d’Or, un brin décalée ;)

  Une pente, des pilotes, des bolides, du public en masse. Depuis 6 ans, le village de Remilly-en-Montagne organise ses Carriolades : une course de caisses à savon à l'ancienne. Cette année, ça se passait dimanche 15 mai, et l'ambiance n'avait rien à envier aux 24h du Mans. Le village de Remilly, situé entre la vallée de l'Ouche et Sombernon, est un joli petit village perché au creux d'une colline. Si tu es fort en géographie, tu peux en conclure que le village est en pente. Bien joué, c'est plus simple quand tu sais que les carrioles ne sont pas motorisées, juste équipées d'un frein.   cariolades 2 photo Louise Vayssié   28 bolides préparés et pilotés pour 46 aigles de la route, des carrioles fabriquées pour l'occas' la plupart du temps, bricolées à partir d'armatures de kart ou improvisées de bric et de broc. « On prend de la tôle et on soude, on se débrouille » nous confie Jérémy, de la team « Prends ta caisse », qui a construit pas moins de 7 carrioles pour la course. Une équipe déguisée en Mariachi chemises noires et moustaches. Comme eux, la plupart des concurrents viennent du coin : Remilly, Agey, Sombernon, Nuits St Georges…   cariolades4 photo Louise Vayssié Pas encore de mercenaires qui tournent les épreuves de France. Et la plupart ont joué le jeu du déguisement. On customise les bolides et les pilotes, car c'est une course de vitesse, mais aussi d’esthétique, sachant qu'il y a le prix du plus rapide, mais aussi le prix de la plus belle carriole. On trouve une carriole pirate, un Obélix avec une brouette en guise de siège, un landau, une Jeep de l'armée, une batterie (l'instrument de musique !) montée sur un kart, une 4L trafiquée, la bagnole de Oui-Oui, une carriole maison (?!) représentant la baraque de l'écluse 46 de Fleurey-sur-Ouche... Du bel ouvrage.   cariolades1 photo Louise Vayssié   La foule (plusieurs centaines de badauds) se masse le long de la descente d'environ 1 km bordée de balots de pailles et suit les descentes s’enchaîner toute la journée. Le parcours est semé d'embûches. On y trouve un tunnel en paille, un virage de la mort… L’épreuve reste sportive, bien que l'ambiance soit festive. Les pilotes sont balaises, il faut l'avouer. Le tracé demande du doigté, ça va vite, c'est pentu, et y'a du monde sur le bord de la route… Le maire du village, Marc Chevillon, le reconnaît : « ça va très vite cette année. Il y a 5 ans, les pilotes mettaient presque 1 minute pour parcourir la descente, maintenant, on passe sous les 45 secondes, tout le monde s'est amélioré ». Mais la sécurité n'est pas oubliée. Stéphanie Garrot, de l’association la Chassignole qui s'occupe de l'événement et fait office de comité d'animation du village, se rappelle d'un accident la première année. « Une belle fracture... mais depuis, rien. Maintenant on paye des gens pour ça, et même si c'est impressionnant, c'est sécurisé ». Bon, ça reste quand même un joyeux bordel. Deux commentateurs, Thierry et Jean-Michel, les meilleurs pseudos pour des commentateurs (Jean-Michel étant une femme), ambiancent la course pendant toute la journée. Et ça c'est le plus gros exploit des carriolades. Très fort, et très drôle, comme toute l'orga de cette journée, ils chauffent le public : c'est chiadé. Quand on sait que la vallée de l'Ouche possède la plus grosse concentration d’intermittents du spectacle du département, ça ne nous étonne pas. Les mecs sont presque tous bénévoles et savent faire. Les mecs ? Pas seulement, les filles aussi. Pour la 2e année consécutive, c'est Dinouche, femme pilote émérite, qui remporte l'épreuve. Et elle avoue « avoir plus de sensations en carriolade qu'en rallye auto ». Sport qu'elle a pratiqué. La victoire en catégorie « Plus beau bolide » revient à l'écluse 46. Rouler avec une masse de 20 mètres de cubes sur sa carriole, c'est un exploit, il a été récompensé.   cariolades 3 Photo Louise Vayssié Les courses de caisses à savon ont le vent en poupe dans le 21. Il y a une jolie épreuve à Châtellenot, à côté de Pouilly-en-Auxois, le 26 juin prochain. On se construit une carriole, on se fait sponsoriser par  "La Côte-d'Or J'adore" et on y va.      Chablis Winston   Crédit photo : Louise Vayssié   SPARSE_LOGO-2015 (2) Sparse est ton guide moderne de la vie. Un magazine disponible en Bourgogne Franche Comté qui vous arrose de plaisir tous les trois mois. Plus de 80 pages de reportages, d’enquêtes et de rencontres autour de votre région préférée. Comment ? Ça coûte combien ? 0 euro.